Close
Skip to content

2 Comments

  1. Marie Christine O Dowd
    8 décembre 2015 @ 4h35

    Il fait couler beaucoup d'encre ce Parkinson ,trop peut être ? Au contraire pas assez. il faut en parler car il fait souffrir tellement de personnes
    Mais quand c'est sous la plume de Lili , c'est si bien écrit qu'on pourrait presque lui pardonner d'être ainsi
    Cependant nous retrouvons vite nos esprits après cette jolie poésie
    Et te voila à nouveau maudit vilain Parki.

    Reply

  2. Floé
    8 décembre 2015 @ 11h29

    Magnifique. Tellement émouvant. Tu nous partages toujours un peu plus cet étranger qui devient familier, pour toi comme pour nous, mais jamais autant que pour toi. Et par dessus tout, tu nous offres cette lumière, douce et forte, peinée et joyeuse, amoureuse de la vie. Cette force qui te traverse et t'irradie au point de nous envelopper de ses grands bras et de nous rappeler que la vie, si difficile soit-elle parfois, peut rester lumineuse. Alors Bravo à toi pour cette puissance qui nous éclaire et Merci d'être là!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *