L’être aimé

L’être aimé dans ce monde dissous est devenu la seule puissance qui ait gardé la vertu de rendre à la chaleur de la vie.

Si ce monde n’était pas sans cesse parcouru par les mouvements convulsifs des êtres qui se cherchent l’un l’autre, s’il n’était pas transfiguré par le visage dont l’absence est douloureuse, il aurait l’apparence d’une dérision offerte à ceux qu’il fait naître.”

Georges Bataille

In L’Apprenti sorcier : textes, correspondances et documents (1932-1939,  mars 1999 de Georges Bataille (Auteur), Marina Galletti (Sous la direction de)