Close
Skip to content

9 Comments

  1. Florence Sayag-Morat
    17 mai 2016 @ 14h10

    Merci pour cette acuité, cette justesse sans jamais sombrer dans le pathos. C'est écrit avec beaucoup d'intelligence et de subtilité pour nous éclairer sur ce qu'est le vécu de cette maladie. Merci d'exister fils de Paris.

    Reply

  2. Lili Saint Laurent
    17 mai 2016 @ 15h18

    Ce coquin se joue de moi mais dans le même temps, ce blog est bel et bien le fruit de notre improbable cohabitation. C'est pour moi un lieu de partage, de création mais aussi d'apaisement. Un temps de respiration, indispensable et vitale, dans cet univers violent et contraignant. Je n'imaginais pas qu'il pourrait être utile à d'autres mais ton message tend à me prouver le contraire ! Et ça, c'est vraiment chouette !
    Ma belle, merci pour ta présence et pour l'attention que tu me portes ! Gros bisous

    Reply

  3. Floé
    18 mai 2016 @ 6h34

    Superbe et magnifique. Comme toujours. Tes mots resonnent en nous et nous éclairent. Ils t ' illuminent et nous sourient. Ils me plaisent parce qu' ils sont la vie: avec ses forces et ses faiblesses, ses parties d'ombre et de lumière. Quel talent que de pouvoir nous partager ton émotion avec tant de justesse et de finesse. Tu es définitivement une grande artiste! With love.

    Reply

  4. Lili Saint Laurent
    18 mai 2016 @ 8h16

    Ma Floé, que répondre à un commentaire aussi élogieux ? 🙂 Gros gros bisous

    Reply

  5. Paul
    16 juin 2017 @ 2h20

    Merci pour ces paroles pleines de poésie .
    Je remercie Dieu Hazard ; d'avoir pu découvrir votre Site ….. Je crois que vos écris vont pouvoir me permettre un autre regard sur ma maladie ….Paul

    Reply

  6. Lili Saint Laurent
    16 juin 2017 @ 8h53

    Quel compliment ! Je vous remercie de ce message qui va illuminer ma journée ! Merci. Au plaisir de vous lire. A bientôt. Amitiés. Lili

    Reply

  7. Caroline
    16 décembre 2018 @ 11h35

    Mouaccccc ! 🙂

    Reply

  8. Le dab
    19 décembre 2018 @ 10h00

    LES MOTS D’AMOUR

    Laisse filer la tristesse
    Qui te laisserait sans voix face à la destinée
    Mieux vaut la transgresser
    Ne pas céder devant le sort aveugle
    Toujours prêt à te blesser
    Quand tu le laisses prospérer

    Ne souffre pas ainsi
    La souffrance est épreuve
    Qui n’abolit jamais la joie de la naissance
    Et pour les poètes tient lieu de grande vertu
    Elle est aussi remède qui donne à l’humain
    Surface et consistance
    Tout art est véritable qui y fait référence

    Il faut lui tenir tête
    Ne courbe pas l’échine devant le ciel immense
    Et reste sourde à l’appel du néant
    Ne te résous jamais à céder du terrain
    Et comme tu le fais si bien
    Accroche-toi aux mots d’amour
    Qui sont autant d’étoiles
    Qui te prennent par la main
    Pour guider ton refrain
    Dans la nuit sidérale

    Telle est bien la formule magique
    Qui change la tristesse et la douleur
    En clarté et en joie
    Et tous ces moments de bonheur souhaité
    Vont se muer en plénitude de l’âme
    Une sorte de pied de nez face à l’adversité

    Le Dab

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *