Le printemps fout le camp !





Le jour se lève
Mais Madrid à l'arrêt
Loin de ses rêves
Panse ses plaies

Plus d'âme qui vive
Silence assourdissant
Seuls les oiseaux ravivent
Les souvenirs d'antan

Un grain de sable
Pour enrayer
Un monde instable
Qui se croyait privilégié

Une mise à terre
Si violente et subite
Qu'en enfer
Elle nous précipite

Les mimosas en fleurs
Et les bourgeons naissants
La peine est dans nos cœurs
Et le printemps fout le camp !

Dans ce chaos sournois
Force est de constater
Que le chacun pour soi
Toujours peut exister

Honte à ceux qui usent
De ce temps de détresse
Pour leur propre cambuse
Ne pensant qu'à leurs fesses !

Et le monde confiné
Dans une course folle
À du mal à freiner
Ce virus qui s'affole

Doit reconsidérer
Son mode de fonctionnement
Pour ne pas sombrer
Au firmament

Les mimosas en fleurs
Et les bourgeons naissants
La peine est dans nos cœurs
Et le printemps fout le camp !

Il est là notre défi
De ce temps incertain
Et de cette incurie
S'envoler vers demain

Ne pas rater le train
Qu'on peut prendre aujourd'hui
Choisissant le ravin
Comme ultime pari

Une prise de conscience
Une réflexion posée
Pour que ce monde en cadence
Puisse de nouveau tourner !

Ainsi les mimosas en fleurs
Et les bourgeons naissants
Apaiseront nos cœurs
Comme un second printemps !

Lili Saint Laurent © 2020