Parkinson’s Land

Invisibles frontières
Territoire inconnu
Gigantesque cimetière
Pour neurones perdus

Peuplé d’habitants de misère
Tout autour de la planète
Sorte de coreligionnaires
Raflés par la tempête

Possédant ni visa
Ni carte routière
Avec pour seul contrat
Ce fou en bandoulière

Un espace immense
Parfois teintés de larmes
Un pays de silence
Au milieu du vacarme

Des falaises escarpées
Comme des murs de glace
Des routes pas terminées
Serpentant vers l’angoisse

Une terre sauvage
Bordée d’humilité
Parsemée de courage
et de champs d’amitiés

Ce pays c’est le mien
Je ne l’ai pas choisi
J’y cherche mes lendemains
Avec rage, sans répit

Lili Saint Laurent © 2013