Mister Parkinson has bad habits! đŸ‡«đŸ‡·

Il est impossible d’imaginer Ă  quel point ce Fils de Park’s est bornĂ© et casanier !

AprĂšs toutes ces annĂ©es de cohabitation forcĂ©e, je n’arrive toujours pas Ă  comprendre pourquoi il s’Ă©vertue Ă  me pourrir la vie mĂȘme dans les moments les plus heureux.

Son obstination Ă  vouloir vivre dans une bulle protectrice frise parfois le ridicule voir mĂȘme, la stupiditĂ©

Comment peut-il raisonnablement croire que l’on peut vivre sans Ă©motion aucune? Qu’espĂšre t-il d’une vie linĂ©aire comme un encĂ©phalogramme plat ? Cela reste un mystĂšre pour moi


J’ai beau essayer de comprendre, de parlementer, de lui offrir une vie la plus douce possible, rien n’y fait

Il ne veut rien entendre et s’oppose violemment Ă  mes choix me rendant la vie impossible. Et malheureusement pour moi, son pouvoir de nuisance est immense et nos diffĂ©rends ont un fort impact nĂ©gatif sur ma santĂ©.

Notre plus grande discorde actuellement rĂ©side dans le fait que je lui impose un dĂ©mĂ©nagement non pas, dans la ville d’Ă  cĂŽtĂ© (ce qui serait dĂ©jĂ  en soi une Ă©preuve
) mais carrĂ©ment dans un autre pays.

Et lĂ , c’est la catastrophe ! Rien ne peut apaiser l’angoisse lancinante qu’il diffuse en continu dans mon cerveau, transformant mon corps en statue de pierre. Refusant en bloc tout changement, il n’aspire plus qu’Ă  rester dans le sofa, tout en essayant de m’entrainer dans sa spirale d’inaction et de colĂšre.

Et moi, je suis lĂ  hagarde et souffrante mais toujours combattante et optimiste

Nous avons dĂ©jĂ  traversĂ© bien des Ă©preuves ensemble, expĂ©rimentĂ© deux systĂšmes de santĂ© europĂ©ens, appris une autre langue, et alors ? Cette terre d’accueil m’a offert tout le support mĂ©dical nĂ©cessaire  et mĂȘme peut-ĂȘtre plus que je n’aurais jamais osĂ© l’espĂ©rer. Alors pourquoi refuser aujourd’hui l’opportunitĂ© d’en tester un troisiĂšme ?

Tout simplement parce que le malaise est bien plus profond que cela. La maladie de Parkinson est un syndrome dĂ©routant qui perturbe tous nos sens et l’essence mĂȘme de notre vie.

Et le moindre choc Ă©motionnel, changement dans nos habitudes de vie, stress ou petit virus de grippe peuvent avoir des consĂ©quences dĂ©sastreuses sur notre quotidien. Je suis donc bien consciente de ne pas choisir la route la plus simple, vous me direz mĂȘme, que je suis inconsciente d’en choisir une autre. Mais cela est plus fort que moi !

Ce Fils de Park’s m’a amoindrie, blessĂ©e parfois, mais il m’a Ă©galement endurcie, me rendant plus combattante que jamais

M’offrant dans le mĂȘme temps la force du compromis et de la sagesse.

C’est pourquoi, malgrĂ© la souffrance physique qu’engendre une telle dĂ©cision, je vais la prendre sans hĂ©siter ! Et tout en m’appuyant sur mon expĂ©rience passĂ©e, je suis sĂ»re que je serai maintenant capable de choisir un lieu de vie adaptĂ© Ă  mon handicap.

Ce choix est à la fois douloureux et salvateur, épuisant et régénérant, obscur et lumineux.

Il est Ă  l’Ă©gal de ce Fils de Park’s, une terre aride bordĂ©e de champs d’espoir.