Close
Skip to content

10 Comments

  1. Marie Christine O Dowd
    28 juin 2014 @ 9h30

    C'est tellement bien dit, tellement bien écrit, et tellement vrai.
    Voilà la vraie vie au quotidien d'une personne touchée par le Parkinson.
    Ta poésie est un bon moyen de faire passer un message.
    Amitiés. MC

    Reply

  2. Sylvie-Anne
    29 juin 2014 @ 12h49

    Oh Lili !
    J'en ai la chair de poule.
    Sentiment d'impuissance malgré le combat permanent.

    S-A

    Reply

  3. Lili Saint Laurent
    29 juin 2014 @ 14h50

    Chère Marie Christine, merci beaucoup pour ce si gentil commentaire ! J'espère que tu vas bien ainsi que tous tes petits et merveilleux amis à 4 pattes 🙂 Amitiés. Lili

    Reply

  4. Lili Saint Laurent
    29 juin 2014 @ 14h56

    Coucou Sylvie-Anne,
    heureuse d'avoir de tes nouvelles !! C'est vrai en ce moment le combat est permanent … mais je continue à croire en de meilleurs lendemains … Nous sommes ensembles déjà ! Des combattants de l'ombre courageux, que je n'aurais pas pu rencontrer dans d'autres circonstances ! Alors, je suis heureuse !! Amitiés. Lili

    Reply

  5. Anonyme
    30 juin 2014 @ 9h55

    Magnifique poème, comme une libération, comme un je t'aime… Z

    Reply

  6. Anonyme
    30 juin 2014 @ 14h57

    C'est sublime…. il n'y a pas d'autres mots…. je suis submergée par l'émotion.
    R.

    Reply

  7. Lili Saint Laurent
    30 juin 2014 @ 15h28

    Para nuestra vida !!! Zzzzz

    Reply

  8. Lili Saint Laurent
    30 juin 2014 @ 15h30

    Merci beaucoup ma belle ! Je pense bien fort à toi ! Bisous

    Reply

  9. Anonyme
    1 juillet 2014 @ 19h07

    Dehors /Dedans
    Cela fait quelle différence ?
    À proprement parler
    Le mal n’est ni dehors ni dedans
    Il occupe le devant
    Il est handicap grossier personnage
    Au dehors comme au dedans
    Et qui loge ses îlots de chaos
    Qui plombent le mouvement

    Il est dur de faire bonne figure
    Plus de froid encore quand il vient du dedans
    Qui te laisse souffrante et sur le flanc
    Quand au dehors s’imprime l’image capricieuse du dedans

    Dedans/dehors ?
    L’ennemi est dans la place
    Il faut tenter de le contenir
    Tu sais cacher tout cela sous des dehors trompeurs
    Avec des mots qui mettent à nu toute l’âme
    Et c’est pure poésie
    À te voir ainsi cabossée
    Je reste partagé…
    Admiratif et troublé

    Il faudrait pouvoir lui faire du rentre dedans
    À ce fils de Park
    Pour le mettre dehors une bonne fois pour toutes
    Ceci qui n’est pas hors de portée…
    Du moins tant qu’on est au dedans bien vivant
    Le fond est bon qui n’a point de dehors
    N’est-ce pas là l’essentiel ?…

    Dedans/dehors ?
    C’est somme toute assez flou quand il s’agit du corps
    L’important n’est-il pas d’avoir de l’amour
    Pour en préciser les contours ?

    Le dab

    Reply

  10. Lili Saint Laurent
    3 juillet 2014 @ 18h17

    C'est juste magnifique ! Merci pour ces mots qui viennent en miroir se poser sur les miens. Ce n'est que “pure poésie” et je devine maintenant d'où me vient cet amour des mots ! Cette route nous la traversons ensemble et vos partages sur ce blog sont le plus beau cadeau que pouvait m'offrir la vie ! Ainsi, les autres maux, les mauvais … s'atténuent et mon coeur se remplit à nouveau de joie. Merci, merci tellement …

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *