Under my skin

Est-ce que je vais m’habituer à cohabiter avec ce Fils de Park’s ?

Je rêve parfois à la possibilité de laisser mon cerveau en jachère, histoire de reprendre des forces. Mais je me rends compte peu à peu que ni la lutte acharnée ni l’abandon total ne sont des solutions pérennes !

Le seul verbe qui me vient à l’esprit est en anglais,  » to cope with », soit plus ou moins faire avec, mais dans un sens actif. En quelque sorte, faire face.

Je décide donc de faire une trêve et de prendre soin de moi. Plus de bataille mais juste une cohabitation, au sens primitif du terme.

Comment peut-on imaginer une maladie des émotions ?

C’est hyper romantique mais tellement difficile à vivre ! Ce Fils de Park’s ne supporte aucune exception, transformant peu à peu ma peau en une membrane translucide et ultra perméable à la moindre émotion.

Je me sens actuellement comme un grand brûlé pour qui, le moindre souffle de vent sur la peau est une agression insupportable. Toi, tu es là, tapi dans l’ombre en permanence, soufflant le chaud et le froid à ta guise, me laissant souvent triste et impuissante.

Je ne sais pas si je vais m’habituer à cela mais ce que je sais profondément, c’est que je vais me protéger émotionnellement. Ce ne sera pas une bulle mais juste une petite carapace faisant office de filtre entre moi et les autres.

Ma grand-mère me disait toujours : « A tout malheur quelque chose est bon » et une fois de plus, elle avait raison !

Ce Fils de Park’s a au moins une fonction positive, celle de repérer tout ce qui peut m’être néfaste émotionnellement. Instantanément, il actionne un mécanisme subtil, et recrache tout stress émotionnel en une pluie de désagréments physiques tel que les tremblements.

Ce qui est drôle, car il faut bien en rire, c’est que la joie ou les sentiments positifs n’actionne pas le système ! C’est pourquoi, je pense que réellement, qu’il va peut-être m’être utile. A l’instar d’un spray anti-moustiques, je vais donc l’utiliser pour ce qu’il est, un spray contre les ondes négatives.

Ce dualisme est incroyable, d’un côté il me ronge cruellement les neurones une par une mais dans le même temps, il me protège de la bêtise humaine et de la méchanceté. Une drôle drôle de relation est donc entrain de se nouer entre nous !

Je ne sais pas si une simple cohabitation est possible entre nous mais ce que je sais, c’est que j’ai encore de l’énergie pour me défendre. Pas contre lui, cette dépense d’énergie étant inutile, mais pour une vie meilleure et joyeuse.

Alors, usons et abusons de ce manque de « peau », pour le transformer en quelque chose de positif, un détecteur de nuisibles en tout genre… Ainsi, mon horizon s’éclaircit à nouveau, me laissant libre et plus sereine.