One step beyond

Une grande parenthèse de 15 jours, loin du monde et de ses moyens de communication, le temps de la réflexion et du repos total.

Évidemment, mon cher Fils de Park’s fait partie du voyage, malgré tous mes efforts pour le semer (consigne d’aéroport, lieu tenu secret, etc.), je dois le reconnaître, il est vraiment collant !

Une expérience inédite pour moi, cohabiter avec lui dans un monde sans contrainte extérieure avec un traitement quasi stabilisé. La vie en serait-elle plus facile ?

Eh bien ! Je dois reconnaître que je ne m’attendais pas au résultat, car malheureusement, un boulet reste un boulet ! Cette expérience m’a fait avancer d’un pas de géant m’offrant une nouvelle étape, celle de la tolérance.

L’évidence est là, nichée au creux de mes pensées, notre cohabitation n’est pas temporaire et seules les avancées thérapeutiques pourraient désormais en restreindre le bail. Ce qui, en soi, est une formidable source d’espoir !

Mais pour aujourd’hui, cette étape me conduit vers un nouveau raisonnement au regard des jeunes atteints par la maladie de Parkinson.

Quelles que soient nos conditions de vie, nous avons besoin d’une assistance quotidienne, ce qui n’est pas encore, en soi, une évidence pour la société qui nous entoure

Ă€ trop vouloir positiver, nous avons Ă©tendu l’ombre qui nous entoure. Pas de pathos ni de larmoiements, il m’aura fallu quasiment quatre ans de maladie dĂ©clarĂ©e pour arriver Ă  cette conclusion. Et je ne renie pas les Ă©tapes prĂ©cĂ©dentes, conditions nĂ©cessaires et prĂ©alables, Ă  mon Ă©panouissement actuel. Sans cet optimisme effrĂ©nĂ©, j’aurais sombrĂ© profondĂ©ment, assurĂ©ment…

Aujourd’hui par contre, riche de cet enseignement, je me sentirais coupable de ne pas communiquer et de ne pas me battre pour que nous sortions de l’ombre. J’ai toujours le courage de t’affronter, mais surtout, j’ai enfin la force de reconnaître mes faiblesses !

Quatre ans d’un chemin parfois douloureux, mais aussi lumineux, qui m’a modifiĂ©e intĂ©rieurement, profondĂ©ment, humainement… Je suis prĂŞte Ă  me battre !

Je vais avoir 41 ans dans quelques jours et il est temps maintenant pour moi de rentrer dans la lumière avec ce Fils de Park’s !

Ensemble, combattants de l’ombre, quittons l’obscurité de la culpabilité et de la honte, pour nous-mêmes et surtout pour offrir aux plus jeunes l’espoir d’une vie meilleure !